nouvelles, crime, recueil,

Bienvenue dans la belle ville d'Isadora. Vous pouvez visiter son opéra, son université d'art, sa gare, sa plage mais aussi ses ruelles sombres, ses entrepôts lugubres le tout dirigé par trois clans.
Chrystal avait douze ans quand elle est passée par une de ces ruelles. Elle y a été violée. Elle a désormais dix-sept ans.
Et elle va mourir.
Ou pas.
Un recueil de 21 nouvelles toutes reliées les unes aux autres. Peuvent-elles sauver Chrystal?
Et vous, est ce que vous l'auriez sauvée ?

Bien, bien... Alors... Par où commencer ? 

C'est la première fois que je lis un livre avec une telle construction : 21 récits qui, de prime abord, non rien à voir les uns avec les autres. Et puis, petit à petit, on prend conscience que tel personnage ou évènement a été croisé au cours d'une précédente nouvelle et la trame se met doucement en place. Car chaque nouvelle a un point commun : La jeune fille triste un peu sur ta gauche. Chaque personnage a croisé, rencontré ou aperçu Chrystal qui traine son mal être comme un boulet. 

Chrystal, c'est cette gamine de 12 ans, violée dans l'indifférence générale et surtout de sa mère qui pleure le décès de son mari et ne prend même pas conscience que sa fille rentre avec des bleus et des habits arrachés. Chrystal qui essaie de remonter la pente mais ne le peut. Et pourtant... Cette rencontre permettra à certains personnages de retourner dans le droit chemin, et à d'autres, malheureusement, de s’enfoncer plus profondément dans la noirceur. Chaque nouvelle apporte son flot de nouveaux personnages et, il faut bien se l'avouer, on s'y perd un peu. On passe très rapidement sur chacun d’eux et on a du mal à remettre qui est qui lorsqu'on les croise à nouveau.

Car il faut bien l'avouer, ce livre n'a rien de réjouissant. Ici la noirceur de l'âme humaine est décrite dans toute sa "splendeur" et son machiavélisme. La vie, la mort, la perte de l'innocence, de l'enfance se croisent, se décroisent afin de nous entrainer dans un livre triste aux passages, parfois, assez difficiles, mais plein de poésie et de questionnement. L'écriture est fluide et accrocheuse. On a envie, malgré tout, d'aller plus loin, de découvrir d'autres tranches de vie... comme celle de cet homme assis sur le banc de la gare et qui regarde Chrystal se diriger sur les rails, mais qui ne bouge pas d'un millimètre.

Ce livre est le premier tome d'une trilogie. Et, je dois bien l'avouer, j'attends le second tome avec une sorte d'impatience. Je remercie Gabriella Bozzano pour la confiance qu'elle m'a témoignée en m'offrant cet écrit et j'espère ne pas la décevoir. 

En un mot, laissez vous porter par ce livre atypique.

Retour à l'accueil