« Je me suis armée d’un revolver pour nous protéger, raconte Mademoiselle Constance, et très vite, j’ai eu l’occasion de m’en servir. »

New York Times, 3 juillet 1915.

Constance Kopp ne correspond à aucun moule. Elle surpasse en taille la plupart des hommes, ne trouve aucun intérêt dans le mariage ou les affaires domestiques, et a été isolée du monde depuis qu’un secret de famille l’a reléguée, elle et ses deux sœurs, dans la clandestinité.

Un jour, le propriétaire d’une fabrique de soie, belliqueux et puissant, renverse leur carrosse au volant de son automobile… Et ce qui n’aurait dû être qu’un banal litige se transforme en une bataille rangée avec une bande de voyous habitués au chantage et à l’intimidation.

Elle pourra alors compter sur l’aide d’un shérif progressiste qui, dans l’Amérique puritaine de ce début de siècle, n’hésitera pas à lui confier un revolver...

Fleurette et Constance Kopp

Fleurette et Constance Kopp

Basée sur l'histoire vraie de Constance Kopp, Amy Stewart rend hommage à la première femme shérif adjoint des États Unis. 

Nous sommes en 1914. Constance, Norma et Fleurette, trois sœurs célibataires vivent seules à la ferme familiale depuis la mort de leur mère. Elles se rendent dans la ville de Paterson afin d'effectuer quelques emplettes. Fleurette, la plus jeune tout juste âgée de 15 ans, conduit la carriole familiale quand, tout à coup, une automobile les percute et détruit leur véhicule. Au volant, Henry Kaufman qui est le propriétaire héritier de la fabrique de soie locale. Homme imbu de sa personne, se considérant comme intouchable, il trempe dans des tas d'affaires plus louches les unes que les autres. Personne ne tient tête à Henry Kaufman. Personne... Sauf Constance Kopp qui s'est mis en tête de lui faire rembourser la carriole. La situation dégénère : menace, incendie, tirs nocturnes... Mais Constance ne cède pas d'autant plus qu'elle trouve dans le shériff Heath un allier inestimable. Ou, est ce peut être l'inverse ? 

Toujours est-il que ce premier roman est passionnant de part ses multiples rebondissements, sa pointe d'humour et une bonne recherche historique. Amy Stewart rend justice et hommage à cette femme hors norme et courageuse. Car à cette époque, il n’est pas aisé pour une femme qui n’a aucun droit et surtout pas celui de prendre de tels risques.

Un magnifique moment de lecture.

Retour à l'accueil